Page d'accueil

Retransmissions TV


par Michel HB9AFO

 

Mis à jour le 7 juin 2018

 

Contests

 

A voir leurs résultats, les contests TV n'attirent plus les foules. Trois raisons à cela je pense: primo l'éparpillement des OM entre les différentes formes de TV (AM, FM, DVB-S, DVB-T) fait qu'il devient difficile de participer à un contest en portable car il faut déplacer beaucoup d'équipements, un  par mode et par bande, si on veut  pouvoir contacter un maximum de stations. A l'époque de l'AM c'était facile puisqu'il n'y avait pas le choix du mode, il n'y en avait qu'un.
 

La seconde raison tient à la difficulté d'établir un QSO en TV numérique car l'image reçue est soit parfaite soit inexistante, il n'y a donc pas de possibilité d'affiner un pointage d'antenne en observant le contenu de l'image, comme c'était le cas à l'époque de l'analogique. Il suffisait alors de pointer l'antenne sur le minimum de souffle dans l'image. En numérique il faut obligatoirement disposer d'un analyseur de spectre ou d'un récepteur SDR afin  d'aligner l'antenne sur la hauteur du spectre du signal arrivant.
 

Et puis troisième raison possible: une image met du temps pour se synchroniser en TV numérique. Il faut donc que le signal arrivant ne soit pas affecté de QSB. La TV digitale est donc moins efficace que l'analogique à cet égard.
 

On pourrait aussi ajouter le fait que le trafic TV en fixe se fait beaucoup via des relais si bien que les opérateurs ne savent presque plus comment trafiquer en direct et n'ont plus les antennes qu'il faut.
 

Tout cela fait que les contests sont bien moins fréquentés qu'auparavant. Et pourtant ils étaient sympas ces concours, ils donnaient l'occasion de contacter des stations rarement sur l'air, ce qui était le but initial de l'opération.

 

 

Voie de service

 

Dans ma région, nous avons l'habitude de nous retrouver chaque jeudi, pour passer une soirée à nous envoyer des images via les relais TV disponibles. Ce n'est actuellement plus possible puisque le relais qui nous permettait de passer le Jura, HB9TV-1, a été démantelé. Mais il faut bien avouer que cela devenait de moins en moins intéressant puisque nous nous retrouvions toujours les mêmes à envoyer les mêmes images de l'OM devant la même station. De plus, nous avions toujours de la peine à nous entendre en phonie car nous parlions sur un relais local, souvent HB9G (en panne actuellement) et ne pouvions pas nous entendre d'un bout à l'autre de la chaîne de retransmission. Nous passions alors beaucoup de temps à retransmettre nos commentaires en répétant ce que disait le correspondant trop éloigné. C'était assez fastidieux et pour tout dire assez casse-pieds.


Me vint alors l'idée de ne plus faire nos commentaires en FM mais en phonie numérique. Ce nouveau type de téléphonie consiste à relier des relais entre eux par Internet ce qui donne l'avantage de n'être plus limité par la distance puisque cette dernière est franchie par Internet. Chaque opérateur n'a besoin que d'un petit talkie-walkie (pocket) afin de se connecter à son relais de phonie numérique local. Les correspondants s'entendent alors comme s'ils trafiquaient tous sur le même relais ce qui est très confortable. Voilà le problème de la voie de service résolu!

 

Station 1 - relais DMR local -------|                                  |------- relais DMR local - station 4

Station 2 - relais DMR local -------|         INTERNET          |------- relais DMR local - station 5

Station 3 - relais DMR local -------|                                  |------- relais DMR local - station 6


Fig 1: Les 6 stations s'entendent comme si elles se trouvaient sur le même relais, où qu'elles soient

 

 

Plusieurs normes seraient utilisables mais nous avons commencé avec le DMR, qui est actuellement le système de phonie numérique le plus répandu et le moins cher. Toutes les explications sont ici: phonie numérique

 

 

Relais

 

Station TV 1 ----- relais TV situé sur un point haut ----- station TV 2


Fig 2: Les 2 stations doivent être à vue du relais

 

 

Reste encore la question des relais TV qui disparaissent les uns après les autres ou qui n'acceptent plus les modes de trafic les plus modernes. Me vint alors l'idée d'utiliser chaque station comme relais, en plus des relais existants, afin de rallonger les distances parcourues par les images. Et aussi de redonner l'habitude du trafic en direct aux opérateurs. Ce serait aussi un nouveau challenge que de pouvoir retransmettre une station à une autre avec un minimum de perte de qualité.

 

 

Station TV 1 ----- station TV 2 relayeuse ----- station TV 3


Fig 3: Les 2 stations doivent être à vue de la station relayeuse

 

 

Dans l'exemple ci-dessus, la station TV 1 émet sur 437 MHz, la station TV 2 reçoit son signal sur 437 MHz et le renvoie sur 1255 MHz et la station TV 3 reçoit sur 1255 MHz. Au fin al, la station TV 3 reçoit les images de la station TV 1. Le nombre de station relayeuses n'est limité que par les dégradations que subissent les images en passant d'une station à l'autre.                                     
 

Ce n'est pas trivial car la vidéo se dégrade très rapidement lorsqu'elle passe à travers plusieurs relais analogiques alors qu'en numérique la qualité ne se dégrade pas. Cela impose donc d'avoir des équipements adaptés, en premier au niveau des antennes: une pour recevoir la station arrivante dans une direction et une pour retransmettre son image à la station suivante, dans une autre direction.

 

Et il faut relier la sortie du récepteur qui reçoit les images TV à l'entrée de l'émetteur qui les retransmet plus loin. Il y a donc de la mise au point à effectuer afin d'envoyer les images le plus loin possible avec la meilleure qualité possible. Tout cela constitue un challenge technique qu'il est passionnant à tenter. Cela donne en quelque sorte une "nouvelle frontière" à notre passion, la télévision, de quoi réveiller le trafic TV devenu quelque peu léthargique ces temps-ci.        

 

 

Station TV 1 ----- station TV 2 relayeuse ----- station TV 3 relayeuse ----- station TV 4


Fig 4: Les stations 1 et 4 n'ont pas besoin d'être à vue de la même station relayeuse
et peuvent être séparées par une très grand distance

 

 

Nous pourrions même imaginer une nouvelle sorte de contest où le but ne serait plus de contacter un maximum de stations, mais d'établir une chaîne de retransmission la plus longue possible, ou sur la distance la plus grande. Avec l'avantage de ne plus être des concurrents mais des OM qui collaborent à une oeuvre éphémère commune: une chaîne de retransmissions. Cela pourrait inciter les participants à collaborer plutôt qu'à se concurrencer puisque, pour une chaîne donnée, tous les participants seraient gagnants. Comme au football où tous les membres de l'équipe sont gagnants lorsque l'équipe gagne!

 

 

Pour la suite, je vais illustrer comment retransmettre des images TV en passant par différents équipements.

 


 

Retransmission Minitiouner-TX Hides HV-320

 

 

                                     X-Finder                                                            HV-320 (à droite câble HDMI)

 

 

Il y a deux façons de sortir un signal du logiciel Minitioune:

  • Par software en acheminant le flux vidéo reçu vers un émetteur connecté au même réseau informatique au moyen du protocole UDP. Cette méthode a l'inconvénient d'imposer le même flux que celui que reçoit le Minitiouner à l'émetteur. Du DVB-S avec le même SR et le même FEC, mais aussi, avantage, la même qualité vidéo puisque c'est le même TS (Transport Stream) qui est transmis, sans aucune transformation ni perte de qualité.
     

  • Par hardware en sortant le signal vidéo physiquement du PC sur lequel tourne Minitioune. C'est cette seconde solution que je présente ci-dessous. L'avantage est qu'on peut attaquer n'importe-quel émetteur TV, la seule contrainte étant qu'il soit muni d'une entrée HDMI. Cet émetteur pourra émettre n'importe-quoi puisque, dans ce cas-là, ce n'est pas le TS (Transport Stream) qui est acheminé à l'émetteur mais ce flux décodé et transformé en vidéo HDMI haute résolution.  C'est donc le contenu de l'écran qui sera retransmis.

 

Chez moi, Minitioune tourne sur un notebook (ordinateur portable). L'image reçue ou toute la fenêtre du Minitioune apparaît sur l'écran du notebook. Mais je peux aussi l'acheminer vers un autre écran au moyen de la prise HDMI incorporée, ce qu'ont tout les notebooks du commerce, Pipo inclu. L'avantage de cette solution est qu'il ne s'agit que d'une liaison physique et qu'il n'y a pas de soft à paramétrer.

 

Avant d'aller plus loin, il faut tester la sortie HDMI en reliant le notebook à un écran externe ou l'entrée "ext" d'un téléviseur. Suivant les ordinateurs, la connexion à un écran externe éteint l'écran du notebook mais cela se produit surtout si on sort en VGA et plus rarement si on le fait en HDMI. Une fois le câble installé, on doit voir le contenu de l'écran du notebook affiché sur l'écran extérieur. Cela prouve que la liaison est OK.

 

Ensuite il faut choisir l'émetteur où acheminer le flux vidéo. Dans mon cas je n'ai qu'un seul TX avec une entrée HDMI: l'émetteur Hides HV-320.

 

La configuration est donc la suivante:

 

 

Ant --> -- USB -- -- HDMI --    ---> ANT    RX
 

 Minitiouner                                Minitioune sur notebook                              TX HV-320    

 

Retransmission DVB-S à DVB-T         

  

 

Il faut encore programmer l'émetteur. Ce sera en DVB-T 6 MHz dans ce premier exemple car je vais recevoir l'émission du HD-320 avec un récepteur-analyseur portatif X-Finder. Le but de l'opération est de pouvoir visualiser le spectre du signal reçu par le Minitiouner à partir du toit de la maison où je dois pointer une parabole 2,3GHz. Et comme je ne veux pas déplacer l'ensemble de réception, c'est la méthode la plus simple.

 

 

Paramètres de programmation  du HV-320:

But: obtenir du DVB-T à 6 MHz de bande passante et en haute résolution.

La programmation se fait au moyen du câble USB et du logiciel fournis.

 

 

MediaConfig:

 

Video input port: HDMI

Video encoding type:

H264

Video encoding width:

1920 pixels (automatique)

Video encoding height:

1080 pixels (automatique)

Max bit rate (kbps):

6000

Video frame rate drop:  

disable

Video encoding frame rate (fps):

30

Video encoding GOP lenght:

80

Audio encoding type:

MPEG2

Audio encoding bit rate (kpps):

192

 

 

TransmissionConfig:

 

Bandwidth (MHz):

6

Frequency (kHz):

437000

Constellation: 16QAM
FFT: 8k  
Code rate: 2/3
autres valeurs par défaut  

 

 

L'émission est parfaitement fluide et son temps de latence est faible, quelques dixièmes de seconde.

 


 

A suivre...