News
 

Retour

 

Par ordre chronologique inverse, nouvelles les plus récentes en haut

2017.07.12_Photo retrouvée dans l'album de Jean-Jacques Foex

 

Quelques anciennes photos retrouvées dans l'album de Jean-Jacques Foëx grâce à l'entremise de Patrick Nuevo. Voici celle de Kurt Ruesch HB9ET, un des fondateurs et le chef historique du service radio du CICR.

 

 


2017.02.08_Décès de Michel HB9AFP

 

Michel Rey HB9AFP est parti en paix, libéré de ses douleurs, le 4 février 2017.

Michel avait été le 7ème radioamateur à partir en mission pour le CICR. C'était au Yémen, à Uqd, de mai à juin  1968. C'est lui qui avait été à l'origine de la divulgation involontaire de l'utilisation de bombes chimiques par les troupes du Sud Yémen (appuyées par les Russes). Il avait demandé des masques à gaz par radio. Le voici déguisé en Yémenite. Je n'ai hélas pas de photo plus récente de lui.


Il avait été président de l'USKA Genève de 1995 à 1996 et vice-président en 2005-2006.

 

Je le connaissais de longue date puisqu'il faisait partie du groupe de jeunes licenciés de la section de Lausanne de l'USKA (l'ancêtre des Radio Amateurs Vaudois) dans les années 60: Luc HB9ABB, Michel HB9AFO, Michel HB9AFP et Philippe  HB9AFV. Il en fut le secrétaire en 1964 et rédacteur du Sked. Il a donné des cours de morse pré-militaires (AFTT) en 1962-66 à Vevey où il habitait.

Actif à l'IAPC, il fit partie de son comité en 1994-95, 1998-99 et 1999-2001.

 

Kurt Ruesch HB9ET est décédé le 12 novembre 2016 à l'âge de 94 ans. C'était le dernier fondateur du service radio du CICR encore en vie. 

 

 

Je l'avais photographié à Versoix (ci-dessus), dans le container où se trouvait la station radio dans les années 70. C'était là ma station de trafic principale (Je n'ai jamais eu l'honneur d'utiliser la station des combles du Carlton). Je recevais les messages du monde entier, les retranscrivais sur une bande perforée et les envoyais ensuite en RTTY au Carlton, sur 80 mètres, avec l'émetteur et le modem qu'on voit à droite, au-dessus du PA. C'est d'ailleurs avec le télex que j'ai perfectionné ma frappe au clavier. Cet engin était lent, 50 Bauds, et on ne pouvait taper qu'un caractère à la fois car il n'y avait pas de mémoire mécanique. Nous devions taper à deux doigts et, en fin de compte, je n'ai jamais appris à taper à 10 doigts. Aujourd'hui encore, j'écris à 2 doigts sur mon clavier d'ordinateur mais à toute vitesse. C'était l'habitude de taper au maximum des 50 bauds... Mon fils en a toujours été impressionné.

 

C'était Kurt le chef du service radio, c'est donc lui qui m'avait engagé. Des fondateurs, je me souviens de HB9PS (qui m'avait fait partir au Yemen en 1968) et de HB9GR, tous deux également décédés. Professionnellement, Kurt était navigateur à bord des DC-8 de Swissair.

 

Je me souviens de Kurt déjà par sa faculté à transmettre du morse tout en discutant et en fumant son éternel cigare. C'était impressionnant! Et puis c'était un battant. Quelquefois il me demandait de monter une antenne mais il n'avait aucune patience. Pris par le trafic, je ne pouvais pas toujours réagir au quart de tour et il est arrivé que je trouve l'antenne montée à mon retour à la station le lundi... Il l'avait fait pendant le week-end. A cette époque j'habitais Bussigny et je faisais chaque jour le voyage à Versoix en 2 CV.

 

Kurt était Zürichois d'origine et il faisait souvent venir ses copains au CICR pour des missions, souvent des employés de Swissair comme lui. Les ondes étaient alors occupées par du dialecte suisse-allemand. C'était d'ailleurs utile lorsqu'il fallait transmettre des instructions que nous ne voulions pas trop ébruiter. Notre concession nous obligeait à ne pas coder nos messages mais nous pouvions parler nos langues. Et comme le Zürcher Dialekt parlé avec un accent rocailleux n'était pas à la portée de n'importe-quel traducteur, ça nous garantissait un semblant de confidentialité.

 

Ces dernière années, j'avais le projet d'aller rendre visite à Kurt et j'ai tenté de lui téléphoner mais sans obtenir de réponse. Comme toujours, c'est définitivement trop tard maintenant pour qu'il me raconte les débuts du service radio du CICR. Je le regrette car je suis sûr qu'il aurait comblé les quelques lacune que j'ai encore. Je pense qu'il aurait eu du plaisir à évoquer cette époque héroïque avec moi.


2016.10.25_Nouvelles de Franz Fankhauser HB9BXF

 

Franz a opéré la station HBC88 en 1982 et  ensuite effectué une mission au Zaïre, à Lumumbashi.


2015.07.08_Photos d'équipements radio

Merci à Robert Dutoit HE9NZR de m'avoir envoyé d'excellentes photos de quelques équipements radio utilisés au CICR. J'en ai fait une nouvelle rubrique qui va, je l'espère, s'étoffer jusqu'à devenir la mémoire exhaustive des équipements que nous avons utilisés au CICR, que ce soit en mission ou au siège.
Merci de me faire parvenir tout ce que vous avez sur ce sujet, c'est comme cela que cette rubrique aura de l'intérêt.


2015.04.23_Nouvelles de Jürg Wildermuth

Jürg a été actif à la délégation CICR au Pakistan en 1988-89. Son indicatif ham est HB9DKK.


 

Photo de Jean-Charles Dvorak à Beyrouth en 1989, lors de la crise des otages CICR.
Station avec un SR-210, ampli Drake, selcall HF et Crypto (premières liaisons en datas). Actuellement Jean-Charles travaille toujours au CICR et viens de rentrer d'une mission de 3 ans et demi à Bukavu.

 

 

 

Staff télécomm de Genève en décembre 1990


De gauche à droite: Gilbert Fournier †, D.Clavel, Bernard Zubler †, Maurice Picaud †, J.Merino, Evelyne Burki, A.Livet, F.Piguet, Patrick Faivre, Claude Repond HB9ARH †, D.Bourquin, H.Frey, L.Pessina. Manque Philippe Monnard HB9ARF (en mission).


2014.12.11_Décès de Bernard Zubler

Nous venons d'apprendre la triste nouvelle du décès de Bernard Zubler.

Bernard nous a accompagné comme gestionnaire RH quand nous avons effectué des missions Telecom (Département Telecom). Il prenait soin de nos soucis et s'assurait que nous avions nos billets d'avion, que la délégation soit bien informée de notre arrivée. Il réglait tous nos petits soucis et il rendait notre vie au CICR-Telecom bien meilleure. Nous nous souvenons de Bernard comme une personne de grand coeur avec beaucoup de compréhension et dévouement pour la cause du CICR.

La cérémonie funèbre aura lieu ce vendredi 12 décembre 2014 à 14h45 à l'Eglise St-Georges à Genève

Amicalement

Paul Wehrli        Peter Kunz


2014.07.06 El Salvador 1986

Photo envoyée par
Raul Urquilla R. YS1UF

 

HB9MFC Karl Wipfli, HB9BPU Markus Riederer, Heinz Wegmüller, Manuel Vasquez Jerez (radioamateur), Fernando Emilio Duran (technicien), Rolando Martinez (secouriste volontaire)


2013.12.06 Nouvelles de HB9BTS

Herby Neracher, HB9BTS, habite Menziken (AG) et a 59 ans. Il a travaillé au CICR en 1980 et a fait une mission à Bangkok en 1980-81.


Compte-rendu de visite et quelques photos

des portes-ouvertes du 1er septembre 2013 pour les 150 ans du CICR


 

150 ans du CICR 1er septembre 2013 de 9h à 17h, Portes ouvertes à Genève
 

Station radio activée: HF: HF ICOM 7800, SDR Flex radio, Codan SDR Envoy X1. VHF: digital en FDMA. Démonstration de l'évolution du matériel satellite, du premier Inmarsat A jusqu'au BGAN (terminal broadband). en passant par Iridium et Thuraya. En principe pas de trafic sur les bandes ham. Programme et plan


2013.06.24 Décès de Gilbert Fournier HB9QP

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue retraité Gilbert Fournier, le 27 mai 2013, dans l'année de ses 80 ans (aurait eu ses 80 ans le 2 juillet prochain).

Gilbert a travaillé aux télécom. depuis le 3 juillet 1976 avec un contrat temporaire jusqu'au 31 juillet 77. En 1982, il fut nommé chef de la station radio de Versoix, qu'il quittera à fin 1994 pour une retraite bien méritée.

Gilbert venait de Radio-Suisse et avait été opérateur radio de la marine suisse. C'était un professionnel de haut niveau reconnu par tous. Ses connaissances approfondies du secteur de la radio et des télécommunications ont été un atout décisif qui ont conduit cette unité vers un réel professionnalisme.Très minutieux dans son travail il avait un réel plaisir à transmettre ses vastes connaissances et à former les futurs délégués aux rudiments du monde de la radio.


2013.05.24 Nouveau musée CICR

J'ai été visité le nouveau musée du CICR à l'occasion de ses portes ouvertes du 18-20 mai 2013. Bien que je sois un ancien employé et un inconditionnel de cette institution, je dois dire que je n'ai pas été "emballé", et même très déçu.

 

Le nouveau musée en construction (actuellement termine et inauguré)

 

Du point de vue pratique, il y avait pas mal de démos qui étaient en panne ou qui fonctionnaient mal, le parcours de visite (avec audio-guides) était très mal balisé si bien qu'on se perdait dans le dédale des différentes salles. Le manque d'informations écrites était aussi un gros handicap car l'audio-guide ne disait pas tout. D'une part il fallait se pencher très bas pour pouvoir lire les chiches informations qui documentaient certaines vitrines (un titre et pas grand chose de plus), situées la plupart du temps sur le côté, à l'intérieur et tout en bas des vitrines. Mais pourquoi diable les muséastes ne soignent-ils pas plus l'accès aux informations écrites ? Elles sont souvent mal placées, mal contrastées, ce qui en rend leur lecture difficile pour les personnes dont la vue baisse et qui ont de la peine à courber l'échine. Ce doit être la technique maintenant enseignées dans les écoles car ce défaut se retrouve dans de nombreux musées et expositions de nos jours.

 

Sur le fond maintenant:

 

On trouve essentiellement des témoignages vocaux dans ce musée, typiquement de victimes de conflits qui racontent leur parcours et difficultés. Quelques vidéos destinées à sensibiliser, mais pas à expliquer. Des mises en scène vidéo, sortes de scènes de théâtre dont je me demande encore ce que c'était.

 

Du point de vue historique, il y avait une salle de fiches de la guerre 14-18 et on pouvait suivre concrètement le déroulement d'une recherche de disparus.  Des vitrines avec des objets confectionnés par des prisonniers de guerre. Une vitrine avec le première déclaration des droits de l'Homme et des informations sur les Juifs pendant la guerre 39-45. Et c'est presque tout. Mais sur l'histoire elle-même de l'institution, quasiment rien ! Et pourtant il aurait été intéressant d'avoir un historique des principales interventions du CICR dans le monde, un historique de la vie de l'institution elle-même (ses comités successifs, ses modifications de doctrine au fil du temps, ses finances, etc.) Il aurait été intéressant de faire témoigner des anciens directeurs, des anciens employés, ces derniers auraient pu sensibiliser les visiteurs aux difficultés du travail humanitaire. Il aurait été intéressant de mettre en scène les communications de l'époque, les difficultés logistiques  et morales des équipes sur le terrain, les difficultés d'acheminement des équipes et du matériel, etc. Tout cela aurait humanisé ce musée car, comme l'on dit: "Pour savoir où on va, il faut déjà savoir d'où on vient"...

 

En sortant de cette visite, j'ai un un grand sentiment de vide. J'avais vu de grands principes et de belles technologies, entendu des témoignages poignants (mais déshumanisés), mais rien de concret sur le CICR. Come si l'institution n'était qu'une abstraction ! Comme si le but de ce musée n'était que de sensibiliser les jeunes visiteurs pour leur faire ouvrir leurs porte monnaies...

 

Et pourtant, les visiteurs, ils aimeraient bien qu'on leur explique les principes qui ont mené à la création de de l'institution, de quelle manière elle fonctionne, avec quels fonds, quelle est sa légitimité, comment sont recrutés ses employés humanitaires, qui sont-ils, quel est leur travail concret en mission, comment s'achemine le matériel, quelles sont les difficultés sur place, qui sont ceux qui ont été tué ou blessés en mission (nos "martyrs"...), comment le siège prend-il ses décisions, comment les communique-t-il aux gens en mission, quels ont été les évènements marquants depuis le début, quelles sont les difficultés actuelles du CICR et de l'humanitaire en général, vers quel avenir ses dirigeants pensent aller, etc, c'est quoi ces antennes, etc.

 

En bref, ce musée semble plus destiné à sensibiliser qu'à expliquer. C'est un peu du vent qui ne laisse aucun souvenir. A l'image du mur tactile construit par l'EPFL avec lequel on peut s'amuser (les courbes projetées  obéissent aux déplacements des mains des visiteurs sur le mur): c'est une prouesse technique, c'est fun, mais on se demande à quoi ça sert et pourquoi c'est là !

Michel Vonlanthen


2013.02.09:
De Eric HB9IAB: HB9BCX Henri Clément est décédé en mai 2012


2013.02.07
De Pierre HB9AMO: HB9ADE Pierre Vaney est décédé depuis plusieurs années. Photo de HB9ADO et HB9GM.


2012.10.02
De Hans Blaser HB9ACD: HB9AAX  décédé / HB9RC Max Matter, Grosshöchstetten / BE, en vie / HB9ALD  Paul Müller,  Kehrsatz/BE, en vie / HB9BAI Alfred Koller,  Kehrsatz/BE, en vie


2012.09.11
Reçu 2 témoignages d'époque (merci les copains!): Message de test vocal  et  Page de log de 1965


2012.08.13
Des nouvelles d'un des plus anciens opérateurs au Yemen: Fred Debros HB9AET. Il vit maintenant aux USA.


2012 juillet
Clôture définitive de la station radio de Versoix


2012.06.15
Vente de matériel à la station radio de Versoix


2012.06.11
Décès de Henri Kammer


2012
La station radio de Versoix sera rendue au canton de Genève à la fin du mois de juin 2012.

Démontage définitif des antennes, Photos d'Hélène Félix-Bancharel


2011.10.05
Petite cérémonie à l'occasion du départ à la retraite de Philippe Monnard HB9ARF, un des plus ancien opérateur-technicien radioamateur du CICR encore en activité.


2010.09.24
Yves Debraine: Parisien formé à l’Agence France Presse, Yves Debraine arrive à Lausanne après-guerre. Il travaille pour L’illustré, Stern, Time Life, Epoca ou Paris Match. En cinquante ans de carrière, il rencontre et photographie de nombreuses personnalités telles que Grace et Rainier de Monaco, Simenon, le général Guisan, Belmondo, Dalí, Bécaud et, bien entendu, Charlie Chaplin, qui le mandatera pour effectuer sept photos de famille entre 1957 et 1953. Il côtoiera avec assiduité et immortalisera également l’univers de la formule 1, sa passion. A plus de 80 ans, celui que Léonard Gianadda appelle « mon maître » depuis qu’il l’avait initié à la photographie a toujours refusé de publier un livre regroupant ses images. Il nous a cependant fait l’honneur d’accepter de nous présenter certains de ses reportages les plus marquants. Ses photos faites au Yemen en 1964 ont fait le tour du monde.


Retour