Propositions pour l'AGO 2010 des RAV

Retour

Voici les propositions que j'ai à faire à l'Assemblée Générale Ordinaire des Radio amateurs Vaudois du 13 février 2010. Je pense que mon témoignage sera utile, ou du moins instructif puisque j'ai participé à l'élaboration de ces statuts. Les 2 premiers points concernent directement la votation qu'il y aura à faire sur l'exemption des cotisations des membres honoraires. Les 2 derniers découlent de la lecture des PV que j'ai dû faire en vue de cette assemblée.

  1. Exempter ou pas les membres honoraires du paiement de la cotisation
    (à l'ordre du jour de l'AG, mes commentaires)

    Un membre HONORAIRE n'a pas de mérite particulier si ce n'est d'avoir été membre du club pendant 25 ans. Pourquoi donc avoir inscrit la gratuité de sa cotisation dans nos statuts ?

    Tout simplement parce que le comité de l'époque avait constaté un ralentissement de l'ardeur à participer à la vie du club de la part de ceux qui en étaient membres depuis très longtemps.
    Or les membres anciens nous sont utiles à plus d'un titre, en premier parce qu'ils sont les témoins vivants de l'histoire de notre club. Ce sont bien souvent eux qui nous ont fait rêver alors nous étions de jeunes SWL et qui nous ont incité à devenir radioamateurs. Ils ont également accumulé une somme de connaissances et d'expériences qu'il est utile de transmettre aux jeunes générations.

    Mais c'est assez classique: si on ne participe presque plus aux activités de son club, on a tendance à démissionner lorsqu'on reçoit sa facture de cotisation. Et c'est en général définitif. Tandis que si on n'a plus de cotisation à payer, on ne démissionne pas et il n'est pas rare qu'on refasse surface dans la vie du club un jour ou l'autre.

    L'idée était donc d'exempter de cotisation ceux qui étaient membres du club pendant longtemps afin qu'ils ne soient pas tentés de démissionner. Avec l'espoir que ces anciens-là continuent à alimenter la vie du club par leur amitié, leurs connaissances et leur expérience.

    Un point important est aussi le fait que ces membres-là, même s'ils ne paient plus leurs cotisations RAV, peuvent donner leur voix aux RAV lors des votes par correspondance (s'ils sont restés membres de l'USKA, ce qui est souvent le cas). Au besoin, il est facile de les mobiliser et ainsi, d'avoir un poids plus important au niveau national.

    Sans compter que leur présence dans notre liste de membres gonfle notre effectif  ce qui nous évite de tomber dans les bas-fonds des statistiques par comparaison avec d'autres activités.

    Tout cela milite en faveur du maintien de la gratuité de cotisation des membres honoraires car si nous supprimons cette petite faveur, les anciens membres qui ne participent presque plus à la vie du club vont démissionner, c'est sûr !

    Par contre, si nous conservons le privilège actuel de les exempter de cotisation, nous n'encaissons plus leur dû c'est un fait (mais c'est la même chose s'ils démissionnent !), par contre nous les conservons comme membres. Là est l'avantage !
     

  2. Comptes de l'exercice écoulé (proposition individuelle)

    Il me paraît INDISPENSABLE que les comptes de l'année écoulée soient joints à la convocation à toute Assemblée Générale Ordinaire.

    L'assemblée devra accepter ou refuser ces comptes, comment pourra-t-elle le faire si elle n'en a pas connaissance à l'avance ?

    C'est d'autant plus important lorsqu'un point en relation avec les comptes devra être mis aux voix, ce qui est le cas cette année avec la gratuité de cotisation des membres honoraires.
     

  3. Précision des procès-verbaux (proposition individuelle)

    En lisant le procès-verbal de l'AGO 2009, j'ai été frappé par le fait qu'on n'y lit pas qui sont les intervenants. Il y est écrit "le président", "le caissier", etc. mais comme il n'est mentionné à nulle part dans ce PV qui est "le président", "le caissier", etc, après-coup il est impossible de savoir qui étaient les intervenants lors de cette AGO. Même l'élection du comité n'en mentionne pas ses membres ("comité réélu en bloc", mais c'est qui ?)

    Ma proposition est donc que le rédacteur des procès-verbaux écrive à chaque fois la fonction de l'intervenant comme jusqu'ici, mais en rajoutant au minimum son indicatif  (avec prénom et nom ce serait encore mieux). Tout simplement parce que la composition du comité n'est en général pas mentionnée dans le même procès-verbal si bien qu'après-coup, on ne sait plus qui c'est.

    Je précise que l'identification univoque des intervenants fait partie des obligations légales de tout procès-verbal officiel.

73
Michel Vonlanthen HB9AFO