Les radioamateurs et la guerre du Yemen

 

Retour

 

Le dimanche 27 mars 2011 à 23h10, la TSR2 (télévision Suisse Romande 2) a repassé l'excellent documentaire

Citadelle humanitaire (Les Docs)


Ce film retrace, à travers son chef André Rochat, les difficultés des missions humanitaires du Comité International de la Croix-Rouge pendant la guerre du Yemen dans les années 1960-70. Un pan d'histoire dont les radioamateurs ont été partie prenante puisque ce sont eux qui s'occupaient des communications radio.

 


Me voici sur le marché de Najran, où se trouvait la base de la mission CICR au Yémen.

 

Ce fait est assez peu connu: ce sont les radioamateurs suisses (ils devaient être suisses à cause de la neutralité de leur passeport) qui ont construit, installé et desservi toute l'infrastructure radio du CICR, tant en Suisse que dans les missions autour du monde. Beaucoup de jeunes radioamateurs ont ainsi consacré quelques années de leur vie à assouvir leur soif de justice humanitaire.

 


Ma station dans la ferme que j'habitais à Bussigny, avec le Twin SSB Heathkit que
m'avait donné le chef français des mercenaires royalistes au Yemen.

 

André Rochat (voir ici) est décédé maintenant, avant hélas que j'aie pu questionner cette mémoire vivante du CICR. Au détour des hasards de la vie, je n'ai retrouvé, pour le moment, que deux protagonistes francophones de cette épopée yéménite: Michel HB9AFP, qui m'avait précédé de quelques années au Yemen, et dont les photos seront bientôt mises sur site ici. Et le célébrissime photographe Yves Debraine, dont les superbes et émouvantes photos de la guerre yémenite (vécue en compagnie d'André Rochat), les seules à être sorties de ce pays à l'époque, lui ont valu une célébrité mondiale.

 

La tâche essentielle du Comité International de la Croix-Rouge est de visiter et d''enregistrer les prisonniers de guerre afin de leur assurer une détention respectueuse de la charte des Droits de l'Homme. Des centaines de radioamateurs s'y sont succédé et y travaillent encore aujourd'hui. J'espère avoir l'occasion de récolter leurs témoignages et de leur rendre hommage. Ainsi d'ailleurs qu'à toute la communauté mondiales des radioamateurs car l'humanitaire est un pan historique important de l'activité cette passion.

En 2011, l'histoire poursuit sa marche avec le printemps du jasmin dans les pays arabes. Les radioamateurs ont-ils joué un rôle dans les communications entre les insurgés et l'extérieur ? Ce serait intéressant de le savoir...


Michel Vonlanthen HB9AFO