Votre président sous enquête

Retour

 

J'ai eu la désagréable surprise d'avoir la visite de deux inspecteurs de l'OFCOM. Ils voulaient contrôler ma station 50 MHz. Mais je n'en ai point, n'en ai jamais eu, et n'ai même jamais écouté ni trafiqué sur 50 MHz !... Leur dénonciation était basée sur un log d'un OM contrôlé où on lisait mon indicatif, prénom et QTH.

 

J'ai mis deux jours à les persuader de mon innocence (2 visites). Ma sincérité les a convaincu et ils ont contrôlé leur ordre de mission, pour finalement s'apercevoir que leur donneur d'ordres n'avait pas bien lu le-dit log. Toutes les lignes qui précédaient celle qui relatait mon QSO parlaient de 50 MHz, avec des guillemets dans la colonne "bande". La "mienne" n'avait pas de guillemets mais, à côté, le mot "ATV" et relatait en fait un QSO ATV que j'avais eu avec l'OM contrôlé sur le relais de la Dôle HB9IBC.

 

Tout s'est terminé par de plates excuses et tout est rentré dans l'ordre.

 

Je préfère cela car je commençais à échafauder toutes sortes d'hypothèses de dénonciations car je ne pouvais imaginer que deux inspecteurs se déplacent de Romont à Bussigny, deux fois de suite, uniquement pour contrôler cette infraction mineure. Car, pour trafiquer sur 50 MHz, il faut une licence, je l'ai, il faut une concession, je l'ai, il faut une autorisation spéciale (simple demande gratuite). Et ça je ne l'avais pas puisque je n'avais pas l'intention de trafiquer sur 50 MHz, ayant déjà bien de la peine à faire acte de présence en ATV!... Mais, depuis qu'un corbeau sévit sur nos bandes (deux dénonciateurs anonymes, dont un identifié avec certitude), on peut tout imaginer!...

 

Il n'en reste pas moins que cette enquête m'a vexé, je l'avoue. Depuis des années que j'essaie de promouvoir un radioamateurisme honnête et de bonne qualité, me voir suspecter de la sorte injustement me restait en travers de la gorge. Et puis cela m'a quand-même fait perdre des heures de travail, que je peux chiffrer à quelque 800.- Francs. Mes deux inspecteurs, eux, ont fait perdre à-peu-près 2000.- Francs à leur employeur, nous (nos impôts).

 

Bouh que ce n'est pas bien !!!...

 

A toute chose malheur est bon et j'en ai profité pour liquider quelques questions et demandes à l'OFCOM. Entre autres, j'ai demandé mes autorisations de trafic pour le 50 et le 2400 MHz. De cette façon, même si je ne les utilise pas, je ne pourrai plus être suspecté d'infraction à cet égard. Et puis j'ai demandé quelques explications d'ordre légal car les questions des inspecteurs m'ont laissé avec quelques doutes.

 

Michel Vonlanthen HB9AFO