AG SWISSATV 2001

20 octobre 2001 au Musée de l'Audiorama à Territet

 

Accueil

 

Elle s'est tenue le 20 octobre 2001 dans les magnifiques locaux du Musée national de l'audio-visuel (Audiorama) à Territet en présence de 25 membres. Son compte-rendu officiel sera probablement publié dans un des prochains SWISS ATV NEWS mais voici déjà quelles furent mes propres interventions.

  • Dans son rapport de fonctionnement, le triumvirat (comité collectif, sans attribution de poste) annonçait la radiation ou démission de 36 membres mais sans en donner les noms. A ma question "de qui s'agit-il?" , il répondit ne pas vouloir les nommer. Quelques échanges avec l'assemblée s'ensuivirent dans lesquels je proposai que l'assemblée se prononce par un vote sur l'opportunité de communiquer les noms des démissionnés aux présents. Finalement, le trimuvirat accepta de le faire, Paul ayant consulté nos statuts qui stipulent que la radiation/démission de membres est de la compétence de l'assembleé générale (par analogie avec les statuts RAV).
     

  • Dans les divers, HB9RXV lança un nouvel appel destiné à renflouer les caisses du relais ATV de la Dôle HB9IBC qui a de la peine à payer ses frais de fonctionnement. En l'absence d'autre réaction, je tint à l'assemblée le même langage que celui que je tiens depuis des années, à savoir:

    1. L'ARALD (HB9AZN HB9RXV et HB9VAZ) est r esponsable du relais HB9IBC et le SWISS ATV n'a rien à voir avec sa gestion, ses responsables nous le répètant à chaque fois qu'on leur pose une question sur l'évolution du relais et qu'ils refusent d'y répondre. Soit! Mais lassé par ces échanges récurrents de propos acerbes et générateurs de disputes, j'avais proposé à l'AGE 2000 que la question du relais de la Dôle ne soit plus évoqué du tout au SWISS ATV. Car de deux choses l'une: 

    a) ou bien l'ARALD utilise les moyens de communication du SWISS ATV mais de façon transparente et démocratique, c'est-à-dire en y faisant ses appels de fonds mais, en contrepartie, en répondant aux questions techniques et administratives que les membres SWISS ATV souhaitent poser 

    b) ou bien il continue à s'occuper du relais en vase clos et sans dialogue et utilise ses propre moyens pour joindre les utilisateurs-payeurs potentiels du relais, sans passer par le SWISS ATV.

    2. De mon point de vue, le moyen le plus sûr d'assurer la pérennité d'un projet comme celui d'un relais ATV est d'en confier la gestion et le financement à une association constituée et démocratique, comme le SWISS ATV par exemple. Construire un relais est une chose mais en assurer le financement et le fonctionnement à long terme en est une autre! Si HB9IBC était repris par le SWISS ATV, son financement serait assuré par les cotisations des membres SWISS ATV et inscrit au budget de fonctionnement de l'association. Son responsable technique, qui logiquement pourrait être le même que l'actuel, deviendrait membre régulier du comité SWISS ATV. Et tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes!...
    Très franchement, j'ai de la peine à comprendre cet entêtement du groupe ARALD à vouloir garder la haute main sur le relais et à refuser toute transparence et je doute fort que de nouveaux fonds puissent être levés dans ces conditions. 

    Pour ceux qui liraient ce texte mais qui n'en connaîtraient pas le contexte, je précise que les membres SWISS ATV sont également les membres-payeurs du relais via le groupe ARALD et que 2 des 3 membres du comité ARALD sont membres du comité SWISS ATV. Une bien bizarre schyzophrénie n'est-il pas? 

Michel Vonlanthen HB9AFO
26 novembre 2001

 

PS:

 

Je viens d'apprendre de plusieurs sources concordantes que certains insinuent dans mon dos que j'ai voulu "me tirer la couverture" en créant mon propre site web au lieu de continuer à maintenir celui du SWISS ATV. A mon corps défendant car je n'aime pas évoquer ce genre de chose, je vais m'expliquer.

Lorsque j'ai quitté la présidence du SWISS ATV, en octobre 1999,  j'avais dit pouvoir continuer à maintenir le site web. Je l'avais créé et maintenu actif pendant toutes ces années et, étant professionnellement connecté au net à longueur de journée, je pouvais continuer à faire ce travail sans problème.

Comme il est de mon habitude, deux jours après l'AG, mon compte-rendu était fait et publié sur le site. Je reçu aussitôt l'ordre du nouveau comité de remplacer un paragraphe de ce texte par un autre, de son crû cette fois. La mort dans l'âme j'avais déjà dû prendre la difficile décision de quitter le comité et cela n'avait pas été facile. Et voilà maintenant que, ma place encore chaude, le nouveau comité faisait preuve d'autorité à mon égard. J'en fus vraiment attristé et je refusai. Deux semaines après, sans préavis, le comité fit changer mon mot-de passe d'accès au site et le reloader dans son état d'avant l'AG. J'étais devenu "interdit de site"!...

Je décidai alors de créer mon propre site web afin d'être en mesure de continuer à exprimer mes opinions car il m'était devenu clair que, dans ces conditions, le triumvirat ne me laisserait plus non plus écrire dans le SWISS ATV NEWS. Ce que j'avais fait au nom du SWISS ATV pendant 5 ans, je le ferais dorénavant sous mon propre indicatif et ainsi fut fait.

Pour moi, que je fasse ce travail pour le SWISS ATV ou pour moi-même n'a rien changé, la tâche est la même. Si le triumvirat ne m'avais pas retiré l'accès au site SWISS ATV, je m'en occuperais probablement encore pour la plus grande gloire de l'association. C'est ce que je tenais à dire, car je n'accepte pas qu'on me salisse alors que je ne suis pas responsable de cette situation.

HB9AFO
26 novembre 2001

Accueil