www.hb9afo.ch/swisscube
SWISS
CUBE
Par Michel Vonlanthen
 

Essais de soudure

Les circuits-imprimés sont disposés côte à côte dans le satellite. Ils ne sont pas enfichables mais sont reliés entre eux par des fils soudés sur leur tranche. Ici, Omar Scaglione et Guillaume Roethlisberger soudent ces circuits-imprimés afin d'en déterminer les difficultés et la faisabilité de cette méthode de liaison entre cartes. Omar étame les deux extrémités des câbles, composés chacun de 7 fils, avec une isolation autour du tout. Guillaume soude ensuite les fils sur les cartes s'aidant d'une loupe-binoculaire.

 

Une autre possibilité serait de remplacer les fils par du circuit-imprimé souple mais aucun entreprise suisse de fabrication de circuit souple n'est encore certifiée spatial.

 

Diaporama de 9 photos

 


Muriel, Omar et Guillaume


Omar



Guillaume

 

Gyroscope de stabilisation

 

 

 

Diaporama de 4 photos

 

Dans le cadre de son travail de master, Omar a réalisé le prototype d'un gyroscope de stabilisation du satellite. On le voit ci-dessus, avec, au centre, le minuscule moteur spécialement développé à l'EPFL. Le rotor et le stator tournent tous deux.

 

Swisscube 1 sera stabilisé par des magnetorquers, boucles de fils parcourues par du courant, forçant le satellite à s'aligner sur les lignes de force magnétiques de la terre. Le gyroscope sera peut-être installé dans Swisscube 2.

 


Commentaire d'Omar:

Dans le cadre de leur travail de master, Omar et Gavrilo Bozovic (Gavrilo a réalisé le prototype mécanique, moi l'électronique de commande), ("diamo a Cesare quel che é di Cesare" on dit en italien) ont réalisé le prototype d'un gyroscope de stabilisation du satellite. On le voit ci-dessus, avec, au centre, le minuscule moteur spécialement développé à l'EPFL.


"Le rotor et le stator tournent tous deux"
Ce n'est pas correct, car le stator, comme son nom l'indique, ne tourne pas. L'astuce est de faire tourner celle qui normalement est la culasse statorique. du coup, elle devient mobile et en réalité le moteur n'a plus que deux culasses rotoriques. je sais, ce n'est pas si simple à expliquer... En deux mots on pourrait dire que il n'y a pas de culasse ferromagnétique au stator, et que la seule chose qui ne tourne pas c'est les bobines. On élimine ainsi la plus grande source de pertes dans ce moteur, a savoir, les pertes fer.

 


Copyright 2007 Michel Vonlanthen

HOME