LA PLC EST UNE ABERRATION TECHNIQUE
Power Line Communication (ou CPL en français)

 

Par Michel Vonlanthen
 

 

La PLC, qu'est-ce que c'est ?

La PLC, Power Line Communication (appelé CPL, Courants Porteurs en Ligne, en France ou BPL, Broadband for Power Line, par les anglo-saxons),  est un système de communication entre ordinateurs. Il est  identique au réseau LAN (Local Area network) Ethernet sauf qu'il utilise le secteur 230V comme support de transmission au lieu de câbles blindés. Il a deux sortes d'utilisation principales:

  • Système Indoor (= intérieur): la liaison entre deux ou plusieurs PC
    Normalement, chaque PC doit être équipé d'une carte réseau Ethernet (c'est la norme la plus répandue) et un câble blindé doit les relier. La PLC évite de devoir utiliser ce câble puisque les signaux Ethernet transitent par le réseau 230V domestique.
     

  • Système Outdoor (= extérieur): la distribution de signaux Internet
    Traditionnellement, la connexion à Internet se fait par un modem, relié au fournisseur d'accès soit par le réseau téléphonique (analogique, ISDN, ADSL) soit par le téléréseau. La PLC permet de s'affranchir d'une ligne téléphonique ou du téléréseau car il apporte les signaux Internet par le secteur 230V domestique.

 


 

Dans les deux cas, le modem ressemble à un transformateur qui se branche directement sur une prise secteur ou à un modem standard. Il utilise la gamme de fréquence des ondes courtes (en gros de 1 à 30 MégaHertz). La puissance d'émission des modems indoor est en général de 50 milliWatts.

 
source: manuel Zeus

Vu comme cela, ce nouveau système paraît séduisant puisqu'il élimine un câble mais c'est sans compter sans ses nombreux défauts, qui sont
particulièrement néfastes pour les utilisateurs des ondes courtes.

Contrairement au téléréseau (câble coaxial) et au réseau téléphonique (paires torsadées ou fibre optique) qui eux sont plus ou moins blindés, le câblage 230 Volts d'un appartement n'est pas fait pour transporter de la haute fréquence et agit comme une antenne car il n'est pas blindé. Et comme l’installation PLC utilise les ondes courtes comme support, c'est toute cette gamme d'ondes qui est rayonnée par le réseau électrique équipé PLC. Plus aucune réception n'est possible dans cette gamme à l'intérieur et autour d'un appartement, les champs rayonnés pouvant atteindre plusieurs milliVolts.

En fait, les 90% de l'énergie émise par un modem PLC sont perdus en rayonnements parasites.

 

Tout plaide CONTRE l'utilisation de la PLC

  • Contre toute logique écologique tendant à diminuer les nuisances réciproques entre appareils électroniques (règles de compatibilité électromagnétique EMC dont le but est d'éviter que des équipements électroniques se gênent mutuellement), le système PLC introduit un brouillage généralisé important dans toute la gamme des ondes courtes, pouvant gêner considérablement la réception (radiodiffusion, radioamateurs, militaires, ambassades, CB, signaux horaires, télémesures, radioastronomie, aviation, etc.). (N'oublions pas que 50 milliWatts rayonnés sur ondes courtes peuvent parcourir des milliers de kilomètres par bonne propagation.)
     

  • Dans l'autre sens, n'importe quelle source de haute fréquence située dans la gamme des ondes courtes est susceptible de brouiller le trafic PLC. Il en est de même pour tous les générateurs de parasites comme les moteurs, les alimentations à découpage, les thyristors, les lampes halogène, etc. Un émetteur de 5 Watts situé à proximité peut interrompre totalement le flux de données. Ce genre de réseau est donc perméable aux influences extérieures et le rend peu fiable.
     

  • Puisque le système de transport des signaux PLC n'est pas blindé et rayonne à l'extérieur d'un appartement, la confidentialité du trafic n'est pas garantie car un voisin mal intentionné pourrait capter les signaux transmis. Avec un réseau traditionnel, le "pirate" doit être reliée physiquement au réseau local par un câble, ce qui limite les risques de fuites. Un réseau PLC doit donc être énergiquement crypté, ce qui ralentit considérablement sa vitesse de transmission. Il n'y a pas encore de norme vraiment fiable à cet effet.
     

  • Actuellement, il existe des gens sensibilisés aux rayonnements (les géobiologistes) qui coupent physiquement le réseau électrique de leur chambre à coucher pour ne pas subir de rayonnement à 50 Hertz durant leur sommeil de façon à ne pas nuire à leur santé. Avec une installation PLC, ils ne pourront plus le faire et baigneront jour et nuit dans une "bouillabaisse" d'ondes radio de 20'000 à 600'000 fois plus élevée en fréquence. Une fois la PLC installée dans un immeuble, elle rayonne partout, 24 heures sur 24, même si on "coupe le courant".
     

  • La vitesse d'un réseau PLC est très nettement inférieure (entre 10 et 20 fois plus lent) à celle d'un réseau câblé traditionnel. Ceci est dû aux pertes en ligne et au fait que chaque appareil connecté au réseau électrique génère des parasites et peut perturber le trafic, donc le ralentir (demandes de répétition des paquets).
     

  • Si l'implémentation de systèmes PLC un peu partout dans le monde rend la réception des ondes courtes quasi impossible, que feront les pays en voie de développement dont la radiodiffusion sur ondes courtes constitue le seul moyen de diffusion de l'information à bon marché? De fait, ce seront alors les grands opérateurs mondiaux des satellites qui auront ainsi imposé leur monopole dans ces pays puisque, privés des ondes courtes, il ne leur restera que le satellite comme moyen de communication capable de couvrir de grandes surfaces.
     

  • Finalement, pourquoi remplacer un simple câble Ethernet à CHF 50.- contre une paire de modems PLC à CHF 300.- ? Il faut soit être stupide soit avoir une raison vraiment impérative car, sur une distance de 10 mètres par exemple, un câble réseau traditionnel transmet de l'Ethernet 100 Mb/s à 100 Mb/s contre 6 Mb/s pour une paire de modems PLC High-Speed donnés pour 85 Mb/s. Et on ne parle même pas de la PLC la plus courante, donnée pour 14 Mb/s max!... (voir le test de la revue PC Expert d'avril 2006)

    En fait, du point de vue du rapport qualité/prix, un simple câble réseau traditionnel est 50 fois supérieur à une paire de modems PLC !


    En résumé
     

    • Un câble est totalement sûr du point de vue de la confidentialité (un hacker peut capter à distance ce qui transite sur votre réseau PLC (grâce aux fuites de haute fréquence)
       

    • Un câble est insensible aux parasites (un flux PLC peut est bloqué par un émetteur radio proche, l'allumage de lampes ou de moteurs, etc.)
       

    • Un câble n'a pas de rayonnements radio comme la PLC (danger éventuel à long terme pour la santé)
       

    • Un câble ne provoque pas de perte de vitesse du réseau (100 Mb/s pour un câble contre 6 Mb/s pour la PLC High Speed).

    Actuellement (2009), la directive de l'Union Européenne relative à la PLC n'est toujours pas sous toit, 8 ans après la crération de la commission qui est censée légiférer en la matière!...

    Conclusion

    Les nuisances des systèmes PLC ne sont maintenant plus à démontrer, elle sont largement prouvées. A défaut d'étude fiable (et surtout impartiale!) sur la dangerosité des ondes radio à faible puissance mais à flux continu, on devrait interdire l'implantation de réseaux PLC, ne serait-ce qu'au nom du principe de précaution.


    Pour en savoir plus

     

    • Réponse de l'IARU (International Amateur Radio Union) au questionnaire CEPT relatif au PLC "IARU formal response to the Questionaire relating to the Draft Product Family Emission Standard for Telecommunication Networks"
      Source: http://www.iaru-r1.org/emc-etsi.html

      Cette fois c'est clair, en page 2:
      "...  Telle que présentée, l'option 2 égale à + 56 dBµV/m soit 16 dB au-dessus du champ minimum pour recevoir les stations radio (broadcast) sur ondes courtes et quelque 36 dB au-dessus du niveau du bruit de fond calculé pour cette réception. Pour autant que le  service amateur soit concerné, cela empêche toute réception à l'exception des signaux les plus puissants. C'est tout simplement une option inacceptable pour un service à faibles signaux."
       
    • Le site PLC officiel des radioamateurs suisses: http://plc.radioamateur.ch
      Tout sur le PLC (avec forum de discussion)
       
    • Sur Allo.ch: http://www.allo.ch/fr/internet/powerline.php
      Comparaison (prix, performance, etc.) entre tous les fournisseurs de téléphone et de prestations internet

 

 

Thèse EPFL de Mr Emmanuel Marthe sur la PLC
Par: Michel Vonlanthen

Le sujet de la thèse était, pour simplifier, "Comment diminuer les rayonnements parasites de la PLC". Mr Marthe a donc commencé par décrire ce qu'est la PLC, ses rayonnements indésirables comparés aux autres système de transmission de données à distance, la méthodologie et les résultats des mesures qu'il a faites, les tentatives de modélisation mathématique des réseaux PLC ainsi que ses tentatives d'en réduire les rayonnements indésirables. Son idée est d'injecter un signal PLC en opposition de phase sr un des conducteurs du réseau électrique, ce qui devrait diminuer l'amplitude du rayonnement final. "Devrait" car en pratique il atteint bien une atténuation de 20dB avec cette méthode mais pas en tous les points du réseau (varie en gros entre 0 et 20dB).

En vrac, quelques points remarqués de sa thèse:

  • Dès qu'il y a PLC, il y a rayonnement indésirable
  • La PLC a beaucoup de problèmes
  • La PLC se comporte comme un émetteur avec une immense antenne
  • 2 systèmes de modulation permettent de réduire (personnellement je dirais "de camoufler") les nuisances: le spread spectrum (QRM
    indétectable car il est remplacé par une augmentation générale du bruit de fond) et le COFDM (une multitude de porteuses qu'il est possible de
    filtrer (notch ou trou) pour éviter certaines gammes de fréquences, les bandes amateur entre autres). C'est ce dernier qui est le plus populaire.
  • C'est la norme CISPR22 et ses amendements (UE) qui règle l'utilisation de la PLC mais l'UE n'a pas encore définitivement légiféré (mes
    informateurs donnent 2006 comme date la plus proche).
  • Il y a environ 50dB de différence entre les limites des différentes normes nationales, l'anglaise (BBC) étant la plus sévère et celle des
    USA la plus laxiste (la nôtre, l'allemande NB30, étant à mi-chemin).
  • A 100 mètres du lieu de l'injection, les composants PLC au-dessus de 5MHz n'ont plus qu'une amplitude de 1%. En gros, il y a 40dB
    d'atténuation par 100 mètre, ce qui laisse imaginer l'amplitude qu'il faut injecter pour pouvoir alimenter tout un immeuble! (malheur à ceux
    qui se trouvent près du point d'injection, ça c'est moi qui le dit!...).
  • Il est pratiquement impossible de modéliser entièrement un réseau PLC. La comparaison entre la réalité (mesures) et la modélisation démontre
    que cette dernière est irréaliste à partir d'une certaine complexité. Si on prend un réseau de candélabres d'une rue c'est OK, mais plus avec un
    réseau d'appartement, où il y a beaucoup trop de variabilité et d'impondérables.

Pour conclure, cette thèse confirme à 100% tout ce que nous avons pu apprendre et constater par nous-mêmes: la PLC est une source de nuisance très importante pour tous les utilisateurs des ondes courtes et pour ceux, comme les géobiologistes, qui sont sensibilisés aux rayonnements électromagnétiques.

Les promoteurs de cette technique passent sous silence cet aspect là de leurs produits (sic!).
 

 

25.11.2005
Rapport accablant des Autorités autrichiennes

Le voici au format PDF (211 kB, en anglais)

On y lit, en conclusion:

"The measurements carried out in May 2004, April 2005 and November 2005 clearly showed that the cause of the disturbance reported by users of the HF band in the concerned region is the operation of PLC. In particular, the measurement proved that the emission of PLC installations is up to 16000 times (42 dB) higher than the relevant limit (according to CEPT ECC/REC/(05)04)."

Traduction:
Les mesures effectuées en mai 2004, avril 2005 et novembre 2005 démontrent clairement que la cause de la perturbation relevée par les utilisateurs des bandes HF dans la région concernée est la PLC. En particulier, la mesure a prouvé que l'émission PLC était plus de 16'000 fois (42 dB) plus élevée que la limite accordé par la norme CEPT ECC/REC/(05) 04.
 

 

Test comparatif de la revue "PC Expert"
(Avril 2006, p 96 à 100)

Contrairement à toute logique (méthode Coué?), cette revue titre "Avec 85 Mbits/s, le CPL devient enfin exploitable". Mais si on consulte le tableau des résultats des tests, on constate ceci sur 9 des 10 modems testés:

Débit théorique maximum:              85 Mbits/s
Débit moyen mesuré à 1 mètre:      27 Mbits/s
Débit moyen mesuré à 10 mètres:  24 Mbits/s  
Débit moyen mesuré à 40 mètres:  6  Mbits/s

Le 10ème modem, un 200 Mbits/s, donne dans les mêmes conditions 56/55/10 Mbits/s

Cela se passe de commentaire non? D'autant plus que ces mesures ont été faites sur un réseau-test idéal, sans rallonges ou appareils perturbants et les modems branchés directement sur les prises  murales.

Et bien-sûr, pas un mot des nuisances et de la susceptibilité aux brouillages de ces modems !...

 

La France victime des CPL
Communiqué de presse de Ref-Union
 

Après expérimentation de la technologie CPL dans des conditions ayant donné à croire qu'il n'y aurait pas d'interférences avec le service amateur; un déploiement à grande échelle a commencé en France depuis quelques mois dans des conditions visiblement différentes. Les rares réseaux publics contrôlés comme celui de La Haye du puits dans le département de La Manche sont jugés inefficace et d'un succès commercial très limité. Les autres ont été simplement arrêtés.

Le déploiement actuel est particulièrement remarqué en Région Parisienne ce qui semble paradoxal compte tenu du fort développement de l'ADSL et des hypothèses qui avaient été annoncées au départ d'apporter une solution de haut débit en zone rurale. La communauté radioamateur est ainsi destinée à devoir affronter de sérieux problèmes d'interférences et le premier cas concret vient de se déclarer.

Le Conseil régional du département 77 a autorisé la société EDEV-CPL (filiale d'EDF) à installer des équipements utilisant une technologie de «Schneider Electric communications AB » dans un grand nombre de communes. A ce jour 3 ont été identifiées et un cas de brouillage violent a été immédiatement mis en évidence sur une installation fixe. Au cours de sa présentation aux futurs usagers et en réponse à une question sur les interférences, le représentant d'EDEV avait répondu que, si cela devait se produire, la solution de « notching » télécommandable à distance serait immédiatement mise en service, tout en ajoutant que ce n'était jamais arrivé et que tous les cas examinés à ce jour étaient imputables à d'autres parasites que les CPL.

Suite à une mise en service au début du mois d'Avril 2006 et après plusieurs vérification sur le terrain de la corrélation entre les signaux reçus sur l'antenne d'une installation radioamateur fixe et ceux rayonnés par un boîtier relais situé à moins de 100m, la société EDEV a été immédiatement avertie afin de procéder à la mise en place de la solution la plus appropriée pour diminuer les interférences. Si un accusé de réception a bien été envoyé, aucune opération technique n'a, semble-t-il, pu être enclenchée depuis plus de 10 jours malgré la fourniture d'informations précises sur le lieu et la nature des problèmes. 

S'il est permis ainsi de mettre en doute l'efficacité promise par EDEV pour solutionner les interférences, il est aussi permis de se demander si la plainte des radioamateurs ne ferait pas l'objet d'un traitement au second ordre des priorités de l'industriel car bien entendu pendant ce temps ou
rien ne se fait, les interférences perdurent. L'approche amiable officieuse ne semblant rien donner, le REF-Union a averti l'ANFR qui doit aller constater sur place l’amplitude des perturbations et une plainte détaillée est en préparation pour être déposée officiellement.

Les autorités françaises ont été averties depuis longtemps de l'existence de ce risque d'interférences et les autorisations de déploiement données pour les réseaux CPL sont bien conditionnées à la prise en compte de ce problème à solutionner. Sans connaître en détail les 79 communes qui seront
impliquées dans ce déploiement sur le département 77 et compte tenu du niveau très élevé des interférences constatables à des distances supérieures à 50m des installations CPL, on peut s'attendre à plusieurs dizaines de plaintes à moyen terme.

A l'image de cette expérience, le déploiement dans les 63 mois à venir du programme CPL Sipperec dans la couronne Parisienne pour raccorder 130.000 immeubles devrait générer une bonne cinquantaine de plaintes sinon plus.

Les autorités françaises se montrent cependant soucieuses de ce problème d'interférence en interrogeant les autorités autrichiennes sur la nature des lignes électriques à l'origine de relevés d'interférences importantes. Il semblerait que les lignes aériennes soient particulièrement coupables ce qui semble à priori normal. Notons cependant que les lignes souterraines ne le sont plus dès qu'il s'agit d'alimenter un immeuble et que le problème reste entier même si la probabilité d'interférer ailleurs est plus faible. Il suffit de se déplacer dans les zones installées du département 77 avec un
récepteur AM portatif calé sur n'importe quelle fréquence entre 3 et 13 MHz pour le vérifier.

Le groupe CEM invite les radioamateurs de la Région Parisienne à la plus grande vigilance pour coordonner les réactions à tous ces déploiements de réseaux CPL en restant en contact avec lui soit directement avec ses membres soit en se signalant à l'adresse cem@ref-union.org . Nous nous permettons d'insister sur le fait que le dépôt de plaintes isolées sans certitude de l'origine CPL nuirait à l'efficacité de leur traitement et déconsidérerait les actions de protection en cours.

Texte reçu de Jacques MdM / F2MM
Avril 2006

 

2006.05.21
Publication d'un cas de brouillage PLC lors d'un exercice de communication d'urgence

 

Le Ministère autrichien des télécommunications a publié des fichiers audio qui ont été enregistrés durant l'exercice national des communications d'urgence lée 1er mai 2006. Ceux-ci démontrent l'effet des interférences sur les communications HF dans les fréquences comprises entre 3,5 et 10,15 MHz apparemment causés par les PLC du réseau domestique de la vile de Linz.

Ces enregistrements audio montrent des contacts entre des stations militaires (OEY) et les service de la Sécurité civile (OEK) avec des radioamateurs (OE1-9).

Chacun des 2 enregistrements ci-dessous illustrent successivement trois situations différentes de trafic radio:

  1. Sans réseau PLC à proximité

  2. Avec réseau PLC à proximité mais au repos, sans flux de données

  3. Avec réseau PLC à proximité transmettant un flux important de données

(HB9AFO: Ces enregistrements correspondent parfaitement à ce que j'ai moi-même constaté durant mes essais d'équipements PLC Devolo à basse et haute vitesse)

Ecoutez ces enregistrements et décidez vous-même si la PLC cause des interférences importantes comme définies dans le règlement UIT (Union Internationale des Télécommunications) ou dans les directives EMC (Electro Magnetic Compatibility) de la Commission européenne !

  1. 3623_kHz_OEK3101_FreinbergWarte_Plesching_Ansfelden.mp3 (278kB)

  2. 3623_kHz_OEY681_FreinbergWarte_Plesching_Ansfelden.mp3  (355kB)

Prenez également note du tableau documentant les effets des rayonnements PLC mesurés par le Ministère fédéral autrichien (BMVIT) dans des rues où des réseaux PLC sont déployés.

Il peut être aussi intéressant d'apprendre que ces importants cas de brouillage lors de l'exercice annuel de la Protection civile se sont passés plusieurs mois après que le Ministère fédéral (BMVIT) ait ordonné aux opérateurs PLC de prendre des mesures pour stopper ces interférences (Nov 2005) and qu'un porte-parole du Ministère ait même déclaré que le FINES s'es déclaré contre ces réseau PLC.
http://www.bmvit.gv.at/telekommunikation/plt/massnahmen.html

Si vous trouvez utile de faire quelque chose pour s'opposer à ces nuisances, distribuez ce document à qui vous jugerez bon !

Avec nos amitiés
OeVSV- Dachverband Austrian Amateur Radio Society Headquarter

 

2006.10.20
Interrupteurs secteur anti-rayonnements
 

Voilà un produit qui pourrait nous aider dans notre lutte anti-pollution radio-électrique: les interrupteurs de réseau NTS.

Ci-dessous la page descriptive du catalogue Distrelec. On y dit que "... les champs électriques et magnétiques perturbent l'organisme humain et que ce n'est pas contesté...". D'où la nécessité de couper les 3 fils (phase, neutre et masse) de l'amenée du réseau dans une chambre à coucher afin que les dormeurs ne soient pas perturbés par les champs électriques et magnétiques du secteur.

Ca va dans le sens de notre argumentation anti PLC qui dit qu'être arrosé 24h/24 par la haute-fréquence des équipements PLC (50 mW tout de même!) ne peut pas être totalement sain et qu'il serait prudent de s'en prémunir, ne serait-ce qu'à titre de précaution.

Interrupteurs réseau NTS de Contructiva vendus par Distrelec
 

 

2006.12.08
La CPL expliqué simplement
 

Le CPL (Courant Porteur en Ligne) est une technique qui permet de transmettre des données informatiques non pas au moyen d'un câble comme on le fait d'habitude, mais par les lignes électriques du secteur 230 Volts.

Pour relier deux PC, il suffit normalement de tirer un câble RJ45 entre les deux, les cartes réseau contenues dans chaque PC faisant le reste. Pour pouvoir utiliser le réseau électrique à la place d'un tel câble, chaque PC doit être relié à un modem, lui-même connecté à une prise électrique.

Le seul avantage de cette technique est d'éliminer un câble entre deux PC, par contre, elle a beaucoup d'inconvénients.

Le plus important d'entre eux est le fait que le réseau électrique n'est pas conçu pour transporter de la haute-fréquence (Le CPL travaille dans la gamme des ondes-courtes), ce qui occasionne énormément de pertes sous forme de rayonnement radioélectrique. En gros, seul le dixième de l'énergie transmise parvient au modem récepteur, le reste étant rayonné sous forme d'onde radioélectrique, exactement comme le fait un émetteur connecté à une antenne. Il en résulte un intense brouillage des ondes-courtes, empêchant toute réception dans un rayon de plusieurs dizaines de mètres, en totale contradiction avec les normes EMC (Electro Magnetic Compatibility).
Cela signifie aussi que les données informatiques transmises entre les deux PC peuvent être captées par des voisins dans ce même rayon. Dans l'autre sens, il est évident que des émetteurs ondes-courtes situés au voisinage pourraient bloquer les transmissions CPL. D'ailleurs, rien qu'une simple lampe halogène perturbe déjà fortement un réseau CPL.

Parmi les inconvénients de la technique CPL, il faut aussi citer la perte de vitesse de transmission des données. Suivant la distance entre les deux modems CPL, elle peut aller jusqu'à 90%, ce qui signifie que la vitesse de transmission réelle entre les deux PC ne sera plus de 100Mb/s comme avec un câble, mais de 10 Mb/s, ce qui est quand-même très pénalisant.

Et puis il y a aussi le prix ! Un câble RJ45 coûte quelques Euros alors qu'un jeu de modems CPL en coûte quelques centaines !...

Un autre argument qui milite également contre le CPL est le fait que les locataires d'un logement dont le réseau électrique est utilisé par le CPL baignent jour et nuit dans des ondes radioélectriques. Un peu comme s'ils se trouvaient dans le champ d'un émetteur pour téléphones portables. Des études son en cours à ce sujet mais on peut imaginer que ce n'est pas très bon pour la santé.

Alors, faisons les comptes:

Par rapport à un simple câble, le CPL brouille les ondes-courtes, il est peu fiable, il n'est pas sûr du point de vue de la confidentialité, il peut être brouillé, il est peut être nuisible pour la santé, il est bien moins efficace en terme de vitesse et coûte beaucoup plus cher qu'un câble.

Oui, le CPL est vraiment une aberration technique !...

PS: Le CPL s'appelle également PLC (Power Line Communication) pour les anglophones

 

2007.09.20
Rapport de l'OTAN contre la PLC

 

Ce rapport de 176 pages en anglais détaille les effets de la PLC sur les communications militaires sur ondes-courtes. Ses conclusions sont claires:

Extrait: (page 151, Chap 9, Conclusions and recommandations)

The cumulative noise field strength due to the PLT emissions may have a possible detrimental effect upon military HF radio communications and COMINT systems. This is particularly the case if In-House PLT systems should become widely popular.

L'effet cumulé du niveau de bruit dû aux émissions PLC devraient avoir une action négative sur les communications radio sur ondes-courtes et sur les systèmes Comint. Notamment à cause de la grande popularité des systèmes PLC internes (homeplug).

Document (PDF, 9,5 MB)

HF Interference, Procedures and Tools
(Interférences HF, procédures et outils)
Final Report of NATO RTO Information Systems Technology (IST)
Panel Research Task Group IST-050/RTG-022
(or Research Task Group IST-050).
Published June 2007

 

2008.02.01
Compteurs électriques équipés CPL
 

Les compteurs électriques « communicants » d'EDF mis sur les rails

L'appel d'offres pour le remplacement des 35 millions de compteurs électriques par une nouvelle génération de boîtiers a pris fin. Ces modèles pourront recevoir et envoyer des données par CPL.
Hélène Puel, 01net., le 31/01/2008 à 18h25

 

Le monde français de l'électricité continue sa mue. Quelques mois après l'ouverture du marché grand public, mercredi 30 janvier 2008 marquait la fin officielle de l'appel d'offres pour le déploiement des compteurs électriques de nouvelle génération. Ceux-ci, dits « communicants » ou « intelligents », seront capables d'envoyer et de recevoir des données (maintenance, relevé, pilotage, etc.)
Ils doivent, d'ici à 2015, remplacer les 35 millions de boîtiers actuellement installés dans les foyers français. C'est une nouvelle filiale d'EDF, Electricité réseau distribution France (EDF), créée au début du mois de janvier, qui est en charge de ce projet pharaonique au coût estimé entre 4 et 5 milliards d'euros. Les industriels et sociétés de services informatiques avaient jusqu'à hier pour remettre leurs dossiers de candidature pour la phase pilote.
Le résultat de l'appel d'offres sera connu en juillet prochain. Selon le quotidien Les Echos, quatre groupements industriels seraient en lice, menés par IBM, LogicaCMG, Atos Origin et CapGemini. La phase pilote consistera à déployer en six mois 300 000 nouveaux compteurs à Lyon et à Tours en 2010. Après le retour d'expérience, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) « se prononcera sur le renouvellement des 35 millions de compteurs présents sur le territoire », indique ERDF.
Facturation réelle de la consommation
En pratique, les nouveaux boîtiers seront installés à l'intérieur des domiciles et communiqueront avec la compagnie d'électricité par les fils électriques (courant porteur en ligne, ou CPL). Les opérateurs (EDF, Poweo, etc.) pourront facturer les clients en fonction de leur consommation réelle, et non plus d'après une estimation réalisée à partir de leurs données historiques. Les factures seront donc plus fiables.
« L'installation de compteurs intelligents permettra au client de maîtriser sa consommation électrique. Et ainsi, de faire diminuer la consommation globale d'électricité », ajoute un porte-parole d'ERDF. En effet, l'imposant cahier des charges établi prévoit que les clients puissent accéder au suivi de leur consommation. De cette manière, ils pourront opter pour des formules tarifaires spécifiquement adaptées à leurs dépenses réelles. Mieux même, quand ils sont loin de chez eux ils pourront couper si besoin l'électricité ou lancer tel ou tel appareil (machine à laver, sèche-linge...) afin de profiter des heures creuses.
En France, depuis la dérégulation du marché de l'électricité le 1 er juillet 2007, des concurrents d'EDF proposent déjà ce type de services. C'est le cas de Poweo, qui permet à ses clients équipés d'un compteur numérique de suivre leur consommation en temps réel. Un boîtier mobile, la PoweoBox, indique le taux d'utilisation des appareils électriques en fonction de la puissance maximale de l'abonnement choisi. La consommation est archivée dans la mémoire de l'appareil de manière à détecter toute anomalie.
Moins de déplacements de techniciens
Chez ERDF, on ne sait pas encore si les abonnés bénéficieront aussi de ce genre de boîtier mobile. « La manière dont les abonnés auront accès à ces données n'est pas encore arrêtée. Tout dépend des solutions proposées par les industriels répondant à l'appel d'offres. »
Côté distributeurs, les compteurs « intelligents » permettront de réaliser des économies de fonctionnement. Les opérateurs pourront, par exemple, relever les compteurs sans avoir à dépêcher d'agents sur le terrain. Le cahier des charges stipule également qu'ils devront être capables de détecter à distance des anomalies de consommation ou encore d'effectuer des modifications de puissance, de clore un contrat ou d'effectuer une remise en service.
D'autres pays, comme l'Italie, la Suède ou les Etats-Unis, ont déjà commencé à déployer ce type de compteurs sur leur territoire. D'après Enel, la compagnie nationale d'électricité italienne, qui a déjà déployé près de 28 millions de compteurs de nouvelle génération, les économies réalisées en un an seraient de l'ordre de 500 millions d'euros. De fait, les 2 milliards de dollars qu'ont coûté le remplacement des anciens boîtiers électriques serait amorti avant la fin 2010.
Quel impact pour les consommateurs ?
En France, les économies que réaliseront les fournisseurs d'électricité grâce aux compteurs communicants bénéficieront-elles aux consommateurs ? C'est ce que se demande l'UFC-Que-Choisir, montée au créneau sur le sujet il y a quelques jours. Sur son site, l'association de défense des consommateurs se demande si les gains de productivité se répercuteront positivement sur les tarifs de l'électricité.
Ou si, à l'inverse, les particuliers seront mis à contribution pour régler la facture des 4 ou 5 milliards d'euros du projet. La CRE, qui doit approuver ce budget, pourrait se prononcer pour une augmentation des tarifs d'utilisation des réseaux publics d'électricité. Avec donc une possible répercussion sur la facture des consommateurs.
 

Ma réponse:

 

Effectivement, une application intelligente de la CPL.

Je dis ça parce que chez moi, c'est un opérateur (trice ces temps-ci) qui vient relever le compteur avec un enregistreur numérique. Mais il y entre les données à la main. Un système sans fil automatique semble assez logique. Quoique... Car l'opérateur en question en profite pour voir si le compteur n'est pas "bricolé"...

Côté pollution radioélectrique, il faut noter que la communication se fera entre une maison (evtl à plusieurs appartements) et le transformateur le plus proche ou dans un endroit centralisé si les appareils susceptibles de gêner la propagation de la HF sur le réseau électrique sont shuntés du point de vue HF. Bien que les interrogations des compteurs ne se fasse pas chaque seconde je présume (peut-être une fois par heure?), le nombre de compteurs à scanner risque quand-même de provoquer pas mal de brouillage. D'autant plus que, contrairement aux essais que j'ai fait avec un système CPL in-house, confiné à l'intérieur d'une maison car bloqué vers l'extérieur par l'impédance du compteur électrique, les signaux devront aller beaucoup plus loin. Ils devront donc émettre avec une puissance plus élevée et rayonneront dans les rues, partout où les conduites électrique passent, et même par l'éclairage électrique qui fait "antenne", les mesures de Swisscom l'ont prouvé dans la zone pilote de Broc (HB).

Avec la CPL "domestique", surtout avec les modems récents tel le Dévolo high speed que j'ai testé, la pollution radioélectrique est plus réduite qu'avec les premières générations de CPL. Chez moi, la porté du brouillage est d'environ 10 mètres à l'extérieur de ma maison. Et les modems se déconnectent automatiquement après 15 minutes sans trafic de données, donc ne polluent plus du tout à ces moments-là.

Avec un tel système d'interrogation des compteurs, la pollution principale se fera toujours à l'intérieur des maisons puisqu'un modem CPL y sera installé près des compteurs, mais surtout partout à l'extérieur. En zone urbaine, où il y a une densité de maisons/d'appartements importante, ça va être gratiné.

Et il y a des extensions qui seront sûrement proposées par les fournisseurs d'électricité "CPL":

1. Une compteur par ménage afin que chaque famille puisse contrôler elle-même sa consommation d'électricité (un voeu des écolos, très logique et légitime d'ailleurs).

2. La distribution de l'eau a la même problématique. C'est aussi un opérateur qui vient relever le compteur chez moi. Donc rebelote, mesure à distance par CPL. Et si possible aussi un par ménage.

3. Les systèmes d'alarme des maison pourraient aussi bénéficier de ce canal de transmission.

4. Quoi encore ? L'imagination peut parler...

En conclusion, on peut admettre sans trop de peine qu'un tel système CPL va considérablement accroître le niveau des brouillages radioélectrique. On en revient à l'époque où on pouvait craindre l'introduction de la CPL pour alimenter les immeubles en Internet, maintenant très largement abandonnée puisque le "dernier kilomètre" du téléphone est libéralisé.

 

2008.02.05
Excellent article dans Megahertz

Excellent article paru dans la revue "Magahertz" No 299 de février 2008 sous la signature de Denis Bonomo F6GQK. Il fait la synthèse de ce qu'il faut savoir aujourd'hui sur le sujet de la CPL (Courants Porteurs en Ligne ou PLC, Power Line Communication en anglais).

 


 

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4

Avec l'aimable autorisation de l'auteur et de "Megahertz"
 

 

2008.02.05
Voilà l'arme absolue qui remplacera la PLC


 

Décrit dans l'émission de la Radio suisse romande "On en parle" (RSR, La Première, 8h45) aujourd'hui: le Gigaset Optique LAN de Siemens. Il s'agit d'un link en fibre optique très facile à monter. Il se compose de deux boîtiers à mettre sur prises secteur, reliés entre eux par une fibre optique minuscule. L'outil de coupe de la fibre est fourni et le montage est très facile. L'immense avantage de cet équipement, qui remplace un câble Ethernet standard ou tout autre système sans fil  dont l'infâme CPL, c'est qu'il est à très large bande (compatible TV HD) et totalement immune aux rayonnements haute fréquence et aux parasites. Donc hyper sûr du point de vue technique et aussi du point de vue de la sécurité. C'est exactement l'inverse de la CPL (=PLC) et c'est pour cela que le titre d' "arme absolue" est pleinement justifié.

 

2008.04.04
12 adaptateurs CPL testés par PC Expert
 


Dans le PC EXPERT (No 185 avril 2008), Page 74: 12 adaptateurs CPL 200 Mb/s
"Obtenez instantanément par vos prises électriques un réseau stable et sécurisé"

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... Mais quand même quelques constatations qui peuvent nous êtres utiles dans les discussions:

  • un modem CPL consomme de l'électricité 24h/24.
    J'ai mesuré 6 Watts sur mon Devolo 85Mb/s, cela fait 52 kiloWatts par an !...

  • un modem CPL chauffe passablement (incendie ?)

  • donné pour un débit théorique de 200 Mb/s, aucun n'atteint plus de 70 Mb/s. Et 30 Mb/s à 20 mètres

  • le trafic doit être énergiquement crypté, encore une importante perte de vitesse

  • une paire de modem CPL coûte dans les 120 Euros en moyenne

 

Par comparaison, un câble Ethernet:

  • Ne consomme rien

  • ne chauffe absolument pas

  • n'a pas de perte de vitesse

  • ne nécessite pas de cryptage

  • coûte 20 fois moins cher (6 Euros)

Fais ton choix camarade !...

 

2009.05.20
Power Line Communication, 2ème génération
 

Lu sur le site de l'OFCOM, ici.

On y lit notamment que

  • La technologie "Powerline Communication" (PLC) permet de transmettre des données via le réseau électrique et de commander des appareils électriques. Cette technologie a soudain suscité de l'intérêt pour couvrir le "dernier kilomètre" également via le réseau électrique, en opérant dans la plage de fréquences allant de 1,6 à 34 MHz. Les modems PLC à large bande atteignent des vitesses de transmission relativement élevées et peuvent couvrir plusieurs centaines de mètres en passant par les lignes électriques. Bien que la communication se fasse par les lignes électriques, l'inconvénient majeur de la technologie PLC est le rayonnement parasite des installations elles-mêmes, qui peut fortement affecter les radiocommunications. Les perturbations possibles peuvent cependant être réduites, voire même évitées, en filtrant la bande de fréquence concernée.
     
  • La problématique de la compatibilité électromagnétique de la technologie PLC ne concerne pas directement les modems, mais le transfert de données à un débit élevé sur le réseau à basse tension (230V/400V) à l'extérieur et à l'intérieur des bâtiments. De tels réseaux ne sont en effet pas conçus pour transmettre des données à hautes fréquences. Ils agissent comme des antennes, en fonction du type de raccordement, de câbles ou de lignes, et leur effet varie considérablement d'une installation à l'autre.
     
  • L'OFCOM s'est intéressé dès le début aux effets de la technologie PLC. Des études réalisées à Fribourg et à Soleure ont démontré que seule une méthode statistique de mesures permet d'en dire plus sur la reproductibilité. Elles ont également confirmé que le potentiel perturbateur de la technologie PLC est bien supérieur aux valeurs limites fixées dans les dispositions d'utilisation NB30.

    Etant donné qu'il a autorisé l'utilisation de la technologie PLC en Suisse, l'OFCOM a été tenu d'évaluer le risque perturbateur à titre préventif. L'application de mesures adéquates permet aux services de radiocommunication et aux réseaux PLC de coexister. Les quelques cas de perturbations tout de même détectés ont montré que le risque avait été bien estimé. Cette gestion appropriée des risques a rendu possible l'exploitation de réseaux PLC en Suisse.
     

  • Si aucune solution CEM n'est trouvée, la partie du réseau PLC à l'origine de la perturbation doit être désactivée.

Texte complet ici.
 

 

2009.06.23
Courrier des lecteurs du 24 Heures du 20-21 juin

 

 

2009.11.26
Etude PLC à l'EPFL et à l'Ecole d'Ingénieurs d'Yverdon
 

Review of the Electromagnetic Compatibility PLC Work at the Swiss Federal Institute of Technology (Lausanne) and the University of Applied Sciences of Western Switzerland (Yverdon)

Ana Vukicevic 1, Marcos Rubinstein 2, Farhad Rachidi 1, José-Luis Bermudez 3 Markus
Schneider 2, Patrick Favre 2

1. Swiss Federal Institute of Technology, EMC Group, Lausanne, Switzerland, Ana.Vukicevic@epfl.ch

2. University of Applied Sciences, Dept. of EE&CS, Institute for Information and Communication Technologies, Yverdon, Switzerland, Marcos.Rubinstein@heig-vd.ch

3. ABB Sécheron, Geneva, Switzerland, jose-luis.bermudez@a3.epfl.ch

 

2009.12.22 Prescriptions concernant les CPL

C'est un grand jour, notre gouvernement a enfin reconnu les nuisances des CPL et édité un règlement qui protège les usagers brouillés par ce système. Le document dans son entier est téléchargeable ci-dessous au format PDF.

Cela fait 5 ans que nous tentons de faire réagir nos autorités aux nuisance avérées du CPL. Justice nous est enfin rendue !

Prescriptions.pdf
 

CPL: La "guerre" s'est quelque peu calmée, probablement faute de combattants.
Mais voici l'annonce d'un super-QRM jusqu'à 3 GHz (Source: Elektor).

 

2010.10.29
Le CPL pourra passer à 3Gb/s
 

La "guerre" s'est quelque peu calmée sur le front du CPL, probablement par lassitude des opposants. Mais le brouillage des ondes-courtes n'a pas cessé pour autant à proximité des réseaux CPL. Mais il est juste de remarquer que les ondes-courtes sont de moins en moins écoutées dans nos contrées, à part par la radioamateurs. Mais comme les producteurs de CPL ont eu le "nez" de filtrer les brouillages qui tombent dans les bandes amateur, ces derniers se tiennent tranquilles.

Mais voici l'annonce d'un super-CPL 3 GHz (Source: Elektor).

 

2010.11.25
"On en parle" sur le CPL
 

Enregistrement de l'émission en MP3
(RSR La Première, "On en parle", vers 8h45 le 25 novembre 2011)

Les spécialistes CPL intervenant dans ce reportage ont bien présenté les avantages du système CPL, mais ont passé comme chats sur braises sur ses deux grands défauts:

  • Le brouillage des ondes-courtes généré par chaque modem CPL injectant 100 milliWatts dans le câblage électrique d'un bâtiment, ce dernier agissant alors comme une grande antenne. Actuellement c'est la réception radio des ondes-courtes qui est brouillée, mais à terme, avec l'arrivé de systèmes CPL de plus en plus rapides, ce sera également les ondes ultra-courtes.

  • Les ondes radio envoyées par un modem CPL dans le réseau électrique sont rayonnées dans tout le bâtiment, pas seulement dans l'appartement de son propriétaire. Il y a des gens qui sont sensibles aux rayonnements radio-électriques et qui vont même jusqu'à couper physiquement les lignes électriques dans leur chambre à coucher afin de ne pas subir de rayonnements pendant leur sommeil. Dans un bâtiment locatif, il suffit qu'un seul locataire installe du CPL pour que tous les appartements soient "pollués", et ceci à l'insu de leurs occupants.

Les spécialistes intervenus dans cette présentation étaient tous des vendeurs de CPL, c'est donc assez logique qu'ils vendent leur camelote sans parler des défauts de celle-ci. Par conre, que penser des autorités de contrôle, qui tergiversent depuis des années et n'interviennent pas pour faire respecter les règles de compatibilité électro-magnétique (EMC) qu'elles sont censées faire respecter ? 

Là il me vient un grand soupçon:

Beaucoup d'activités humaines se verrouillent petit à petit et deviennent chasses gardées. C'est le résultat de la mondialisation de l'économie, qui voit se créer des groupes mammouth qui "mangent" toutes les petites entreprises. Il sufit de penser à la Migros, Coop ou Nestlé pour s'en convaincre.

Il s'ensuit de cette concentration de puissance, fruit de la théorie ultra-libérale dont on commence à entrevoir la nocivité, la disparition de nombre de petites entreprises et de petits commerces ainsi que la perte de liberté des consommateurs, ceux-ci étant sans défense face aux monopoles géants.

En résumé, on assiste à une concentration à tout berzingue de l'économie dont une des conséquences, en fin de course, est que les riches deviennent toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres.

Voilà pour le thème général. Pour en revenir à nos ondes, la pollution des ondes-courtes (et bientôt des VHF) est probablement vue d'un très bon oeil par les cablo-opérateurs et les fournisseurs d'accès Internet puisqu'elle assoit encore plus leur monopole. A partir du moment où les ondes seront devenues totalement inutilisables à force de brouillages de toutes sortes, du CPL en particulier, nous n'aurons plus d'autre choix qu'à passer par leurs câbles, donc par LEUR caisse. Et ils le savent puisqu'ils verrouillent systématiquement les régions où ils s'implantent en s'arrangeant pour faire interdire les antennes (paraboles) sur les toits et balcons. Sans antenne pas de réception, dont monopole des cablo-opérateurs !

Les ondes radio restent le dernier îlot où les télécoms sont gratuites et non soumises à la censure des propriétaires des moyens de transport d'informations. Lors d'une conférence à laquelle j'ai participé, un représentant de l'Etat a justifié l'effort de ce dernier en faveur de la TNT (TV Numérique Terrestre) et du DAB en arguant que la diffusion par voie hertzienne terrestre ne représentait plus que les 8% des moyens de diffusion d'informations et que c'est tout ce qui lui reste pour informer librement la population.

Voilà qui pourrait expliquer la nonchalance, voire le laxisme, ou pire la complicité, de tous ceux qui sont censés maintenir les ondes radio propres et utilisables. 

 

2011.02.08
Le CPL sur Wikipedia
 

 

Comme de coutume, on trouve un excellent article décrivant le CPL sur Wikipedia. Cet article décrit très bien les avantages de cette technique mais pas un mot sur ses inconvénients. Je me suis donc autorisé une petite expérience et y ai rajouté deux phrases (2ème paragraphe sous "Fonctionnement"):

QUOTE
Cette façon de faire comporte cependant un inconvénient: le réseau électrique n'est pas adapté au transport de haute-fréquence car il n'est pas blindé. En conséquence, la plus grande partie de l'énergie injectée par le modem CPL est rayonnée sous forme d'onde radio.
UNQUOTE

L'expérience consiste à compter le nombre de jours que ces phrases resterons dans cet article. Il y a fort à parier que les promoteurs du PLC "s'en occupent"... On parie ?

A tout hasard, dépêchez-vous d'y aller voir, c'est ici:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_porteur_en_ligne

 

Et lisez aussi l'article décrivant les "compteurs électrique intelligents", une nuisance de plus qui va nous tomber dessus sous peu:


© Photos et textes Michel Vonlanthen (sauf citations)
Autorisation de reproduction sur demande
(demandez-nous un lien direct pour votre site)

HOME