LE SYSTEME PLC
 

Le PLC, Power Line Communication (appelé CPL, Courants Porteurs en Ligne, en France ou BPL, Broadband for Power Line, par les anglo-saxons),  est un système de communication entre ordinateurs. Il est  identique au réseau LAN (Local Area network) Ethernet sauf qu'il utilise le secteur 230V comme support de transmission au lieu de câbles blindés. Il a deux sortes d'utilisation principales:

Dans les deux cas, le modem ressemble à un transformateur qui se branche directement sur une prise secteur ou à un modem standard. Il utilise la gamme de fréquence des ondes-courtes (en gros de 1 à 30 MegaHertz). La puissance d'émission des modems indoor est en général de 50 milliWatts.

 
source: manuel Zeus

Vu comme cela, ce nouveau système paraît séduisant puisqu'il élimine un câble mais c'est sans compter sans ses nombreux défauts, qui sont
particulièrement néfastes pour les utilisateurs des ondes-courtes.

Contrairement au téléréseau (câble coaxial) et au réseau téléphonique (paires torsadées ou fibre optique) qui eux sont plus ou moins blindés, le câblage 230 Volts d'un appartement n'est pas fait pour transporter de la haute fréquence et agit comme une antenne car il n'est pas blindé. Et comme l’installation PLC utilise les ondes-courtes comme support, c'est toute cette gamme d'ondes qui est rayonnée par le réseau électrique équipé PLC. Plus aucune réception n'est possible dans cette gamme à l'intérieur d'un appartement, les champs rayonnés pouvant atteindre plusieurs milliVolts.

 Plusieurs arguments plaident CONTRE l'introduction d'installations PLC:

  1. Contre toute logique écologique tendant à diminuer les nuisances réciproques entre appareils électroniques (règles de compatibilité
    électro magnétique EMC), le système PLC introduit un brouillage généralisé important dans toute la gamme des ondes courtes, pouvant gêner considérablement la réception (radiodiffusion, radioamateurs, militaires, ambassades, CB, signaux horaires, télémesures, radioastronomie, aviation, etc.). (N'oublions pas que 50 mW rayonnés sur les ondes courtes peuvent parcourir des milliers de kilomètres par bonne propagation.)
     

  2. Dans l'autre sens, n'importe quelle source de haute fréquence située dans la gamme des ondes courtes est susceptible de brouiller le trafic PLC. Il en est de même pour tous les générateurs de parasites comme les moteurs, les alimentation à découpage, les thyristors, etc. Un émetteur de 5 Watts situé à proximité peut interrompre totalement le trafic. Ce genre de réseau est donc perméable aux influences extérieures et le rend peu fiable.
     

  3. Puisque le système de transport des signaux PLC n'est pas blindé et rayonne à l'extérieur d'un appartement, la confidentialité du trafic n'est pas garantie car un voisin mal intentionné pourrait capter les signaux transmis. Avec un réseau traditionnel, le "pirate" doit être reliée physiquement au réseau local par un câble, ce qui limite les risques de "fuites". Un réseau PLC doit donc être énergiquement crypté, ce qui ralentit considérablement sa vitesse de transmission. Il n'y a pas encore de norme fiable à cet effet.
     

  4. Actuellement, il existe des gens sensibilisés aux rayonnements qui coupent physiquement le réseau électrique de leur chambre à coucher pour ne pas subir de rayonnement à 50 Hertz durant leur sommeil de façon à ne pas nuire à leur santé. Avec une installation PLC, ils ne pourront plus le faire et baigneront jour et nuit dans une "bouillabaisse" d'ondes radio de 20'000 à 600'000 fois plus élevé en fréquence. Une fois le PLC installé dans un immeuble, il rayonne dans partout puisque le secteur est partout, à longueur de jour et de nuit, même si on "coupe le courant".
     

  5. La vitesse d'un système PLC est très nettement inférieure (entre 10 et 20 fois plus lent) à celle d'un réseau câblé traditionnel. Ceci est dû aux pertes en ligne et au fait que chaque appareil connecté au réseau électrique génère des parasites et peut perturber le trafic, donc le ralentir (demandes de répétition des paquets).
     

  6. Si l'implémentation de systèmes PLC un peu partout dans le monde rend la réception des ondes courtes quasi impossible, que feront les pays en voie de développement dont la radiodiffusion sur ondes courtes constitue le seul moyen de diffusion de l'information à bon marché? De fait, ce seront alors les grands opérateurs mondiaux des satellites qui auront ainsi imposé leur monopole dans ces pays puisque, privés des ondes courtes, il ne leur restera que le satellite comme moyen de communication capable de couvrir de grandes surfaces.

Actuellement, le PLC est toujours en phase de test en Suisse et dans la plupart des pays (par contre il a été paraît-il interdit au Japon, voir  http://www.qsl.net/rsgb_emc/emccnews.html). La société suisse Ascom, pionnière en la matière, en a abandonné la production. Les autorités nationales et de l'Union Européenne sont toujours en phase de mesure et dans l'expectative. La norme allemande NB30 semble être la base de mesure actuellement admise mais ses valeurs limites sont dépassées dans la plupart des cas (voir le document CEPT (ECC Report 24) de mai 2003 "PLT, DSL, CABLE COMMUNICATIONS (INCLUDING CABLE TV), LANS AND THEIR EFFECT ON RADIO SERVICES" (PDF de 2,7 MB téléchargeable sur
http://www.von-info.ch/technique/plc_cept.pdf ) . De plus, cette norme ne prend pas en compte l'effet d'antenne du câblage du secteur 230V (par exemple, des candélabres éclairant les routes agissent comme des antennes quart d'onde et "amplifient" considérablement les signaux PLC, rendant le respect de la norme EMC impossible). Elle ne prend pas non plus en compte la sensibilité des récepteurs à ondes courtes. En réalité, il en faudrait une bien plus sévère si on voulait éviter le chaos des radiocommunications sur ondes courtes.

Le plus grand danger provient des systèmes PLC pour Internet car il doivent relier un fournisseur d'accès distant à une multitude de clients et tout cela par le réseau 220V. Cela signifie que le web (toile d'araignée) devient également une toile d'araignée d'antennes, rayonnant 24h/24 dans chaque quartier, dans chaque appartement, dans chaque chambre. En Suisse et dans la plupart des pays d'Europe, les Autorités ont déjà imposé l'amenée d'Internet/PLC par fibre optique jusqu'aux centrales de quartier (mais pas aux USA pour le moment, ni dans les pays en voie de développement). Mais ensuite ces signaux sont rayonnés par les amenées secteur dans le quartier et tous les immeubles équipés PLC.

Par contre, le rayonnement indésirable des systèmes indoor, reliant la plupart du temps deux ordinateurs, est moins "visible" car son spectre est plus étalé, donc ponctuellement moins puissant. Le système de modulation adopté sur les systèmes les plus récents est plus discret car le bruit généré ressemble à du souffle et se remarque moins. Il n'en reste pas moins que le rayonnement indésirable existe toujours, les lois de la physique étant immuables (rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, en brouillage en l'occurrence!... ). Les 50 milliWatts injectés dans le secteur sont bel et bien rayonnés et participent au smog radioélectrique ambiant.


Conclusion
:

Les nuisances des systèmes PLC ne sont maintenant plus à démontrer, elle sont largement prouvées. En tant qu'utilisateurs des ondes-courtes, nous devons tout faire pour nous opposer à son introduction. Si d'aventure nous n'y arrivions pas, nous devrions au moins obtenir en échange un droit inconditionnel à l'antenne qui nous autorise à monter nos antennes sur les toits (éloignement des points d'émission-réception du réseau électrique perturbant et perturbable).

Il n'est maintenant plus temps de tergiverser, nous devons agir ! Une fois le système PLC installé, nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer nos ondes courtes.
 

Pour en savoir plus:

Ce qu'en disent les associations nationales de radioamateurs:


 


Michel Vonlanthen
HB9AFO